digestion

.

Ventre et digestion. Comment dégonfler ? :


Il n'existe pas de traitement miracle mais on peut essayer de maîtriser les symptômes.

Voici quelques conseils très simples qui peuvent améliorer le problème de ballonnements intestinaux.

- Manger moins gras et moins copieux ;

- privilégier plusieurs petits repas.

- prendre le temps de bien mastiquer ;

- éviter les boissons gazeuses ;

- faire tremper les légumineuses et les cuire longtemps ;

- réaliser une promenade d'un quart d'heure après le repas ;

- boire des tisanes (camomille, menthe, fenouil) après les repas ;

- demander conseil à son pharmacien : il existe des produits ayant pour effet de réduire le ballonnement et les gaz ;

- traiter toute constipation en commençant par augmenter la consommation de fibres alimentaires, mais de façon très progressive afin d'habituer l'intestin ;

- et enfin, en cas de gêne très importante et/ou de symptômes associés, consulter un médecin.

 
 

Mangez de tout à condition de rester raisonnable


- Commencez la journée par 1 petit-déjeuner complet : produits laitiers, céréales, fruits, beurre et confiture.
- Ne sautez aucun repas et choisissez bien votre goûter.
- Variez les aliments pour que votre corps trouve toutes les vitamines dont il a besoin.
- Evitez les aliments trop gras ou trop sucrés. - Essayez de manger le plus souvent possible des fruits et des légumes.
- Ne vous privez pas de pain, des céréales et des féculents qui apportent de l'énergie à notre corps. Evitez les grignotages, n'abusez pas des bonbons, des fastfoods.
 
 

Ne pas trop s'activer après les repas


Cette règle est bien connue des sportifs, qui doivent compter trois heures entre leurs repas et les compétitions. Le sang ne peut oxygéner correctement à la fois notre tube digestif et nos muscles en action. Des études ont été faites sur des cyclistes.
Si l'on pédale à toute allure après un repas, la progression des aliments dans le tube digestif se bloque et il y a un risque de reflux de l'estomac vers l'œsophage, voire de vomissements. Et même si l'on pédale doucement, la digestion s'en trouve perturbée. Ne vous couchez pas, pour autant, immédiatement après un repas ! La position allongée freine le travail de l'estomac pour se vider et cela peut provoquer des régurgitations, surtout si le repas est gras ou copieux. Le bon compromis ? Après les repas, livrez-vous à une activité assise ou à une marche tranquille.
 
 

Mangez lentement, mais surement :


Prenez un individu qui avale son repas à toute allure. Il se remplit l’estomac avant même que les calories passent dans la circulation et n’aient atteint une concentration suffisante pour calmer les centres de l’appétit. En effet, les messages chimiques de la satiété mettent vingt minutes pour parvenir au cerveau. Si le même individu mange lentement, les calories ont le temps de passer dans le sang et la faim est calmée, alors que l’estomac n’est pas totalement rempli. Conclusion : restez au moins une demi-heure à table.
 

 

.


Changer quelques-unes de nos habitudes suffit souvent à vaincre ballonnements et constipation.

Manger plus de fibres
Non dégradables par les enzymes digestives, les fibres des aliments se retrouvent intactes dans le côlon, où elles activent le transit. En absorbant jusqu'à 25 fois leur poids en eau, elles accroissent l'hydratation et le volume des selles.

Et tout va mieux ! Il suffit d'augmenter progressivement l'apport de fibres pour s'épargner un gonflement
inconfortable : manger chaque jour des fruits, des légumes et des aliments céréaliers complets : pains ou biscottes complets, de son, de seigle, aux céréales, flocons d'avoine, mueslis, riz brun, voire son de blé en poudre…
À savoir en cas de colique : les fibres des fruits et légumes cuits, ramollies par la cuisson, sont moins irritantes, de même que les fruits bien mûrs et épluchés.
Le riz blanc, les carottes, bananes, coings et myrtilles, réputés antidiarrhéiques, sont bons en quantité raisonnable.
Et les légumes secs, choux, salsifis et artichauts sont à limiter.

Boire 1,5 litre d'eau par jour au minimum
La boisson permet d'hydrater le contenu intestinal, qui progresse mieux dans le côlon (des selles normales sont constituées de 70 à 80 % d'eau).

Les eaux minérales riches en magnésium (Hépar, Contrex) et les jus de fruits ont une légère action laxative.

Un demi-litre de thé par jour, surtout longuement infusé, suffit car les tanins constipent. En revanche, les principes actifs des tisanes laxatives, comme le séné ou la bourdaine, irritent l'intestin et renforcent la constipation.

Consommer des ferments lactiques
Les yaourts et autres laits fermentés améliorent le transit grâce à leurs ferments lactiques vivants (on parle de probiotiques), qui parviennent jusqu'au côlon, où ils rejoignent la flore intestinale naturellement présente.
Résultat : ils stimulent la fermentation des fibres pour donner naissance à des composés qui activent la digestion.

L'idéal : deux laits fermentés parmi les trois ou quatre produits laitiers quotidiens nécessaires à un bon apport calcique.

Les laits fermentés au bifidus semblent particulièrement efficaces mais les bons vieux yaourts nature font très bien l'affaire.

Se bouger et se relaxer :
Si la sédentarité favorise la constipation, l'activité physique est en toute logique propice à un bon transit !
C'est décidé, cette année, je marche pour les petits trajets, dès que je le peux. Et je pratique, une ou deux fois par semaine, un sport qui renforce la musculature abdominale: natation, bicyclette, vélo d'appartement, gymnastique ou marche…

Contre la constipation : la relaxation - acupuncture, yoga… - voire de simples respirations profondes couplées à un massage abdominal sont souvent très efficaces.
Si vous êtes sujet à ces troubles, essayez de vous présenter régulièrement à la selle, chaque jour, de préférence après un repas.
Si cela ne suffit pas, consultez votre médecin plutôt que d'avaler des laxatifs agressifs.

 
 
Pour une bonne digestion

- Un autre point à prendre en compte est d'éviter l'excès d'aliments ou de plats très gras : frits et panés, ou mal préparés (avec trop d'huile), ragoûts gras, sauces avec trop de graisses (crème fraîche, beurre, mantèque, lard, fromages forts...). Cuisiner à la poêle, au grill, au four, à la vapeur...

Il faut aussi limiter la consommation de boissons gazeuses, qui produisent la sensation de gonflement. L'eau est la boisson la plus recommandée pour bien digérer, bien qu'il ne faut pas non plus en prendre en excès durant les repas.

Supprimer l'alcool et le tabac est élémentaire parce qu'ils augmentent l'acidité de l'estomac, ainsi que le café noir, qui irrite les parois de l'estomac. En substitut on conseille des infusions de menthe, d'anis, de sauge ou fenouil, ou ajoutez des grains d'anis vert, de fenouil ou du cumin avec de la camomille.

Ils existent des aliments qui doivent être consommés avec certaines précautions pour éviter des problèmes d'estomac. Par exemple, il est nécessaire de bien cuire les pâtes pour qu'elles se digèrent facilement, il convient d'éviter le pain qui vient de sortir du four et les légumes flatulents (chou, chou-fleur, oignons...) ou consommez-les cuits pour éviter les gaz. En ce qui concerne les légumes secs, il faut les faire tremper plus de huit heures et vider l'eau à la moitié de la cuisson, pour qu'ils ne soient pas non plus flatulents.
 
 
Quelques règles simples pour bien digérer après un repas !
Gargouillis, ballonnement, constipation, gênes gastriques divers. Après un repas copieux ou simplement déséquilibré votre estomac crie son mécontentement.

Comment éviter ces maux quotidiens de l'estomac, nous allons faire le tour du problème avec des règles simples pour éviter les difficultés de digestion. Ces conseils faciles à assimiler vont vous permettre de vous aider à bien digérer ? Voici les quelques règles d'or à appliquer pour bien manger et éviter les problèmes digestifs

Equilibrer vos repas :
Privilégiez les protéines, les laitages et limitez les féculents : pâtes, riz, pommes de terre... Préférez les farines complètes riches en fibres et donnez une place de choix au fruits et légumes. De brusques changements d'alimentation, d'horaires, de cantine, d'emploi du temps peuvent influencer la dynamique ?sophagienne et altérer la sécrétion normale de l'estomac. L'alcool est aussi un facteur majeur d'irritation digestive. Lorsqu'il s'associe au tabagisme, le risque augmente de façon exponentielle. Sachez qu'une mauvaise haleine révèle bien souvent un déséquilibre sécrétoire, et donc une mauvaise hygiène de vie. Pour optimiser votre transit, outre une alimentation équilibrée, buvez beaucoup et faites quotidiennement de l'exercice.

Limiter les excès :
Les repas trop copieux, trop riches en sucres ou en graisses occasionnent des douleurs abdominales. Il faut donc autant que possible les limiter. Attention aux excès de crudités, fruits ou légumes : longs à digérer ils peuvent fatiguer l'intestin. Si aucun produit n'est totalement à proscrire certains doivent être consommés avec modération. En tête de liste : les plats épicés, gras et les féculents en trop grande quantité